vendredi 17 novembre 2017

Marâtre encore...

La sensation profonde que cette première salve dormait là depuis longtemps. Ces voix, elles ne vous ont pas été données. Mais elles s'étaient tapies. Ouvrir les portes donc et projeter sur la feuille. Et même une succession de portes parce qu'à chaque fois, on découvre encore un peu de ce qu'on avait laissé au fond. Toute la pulpe. Ne pas trop se soucier de faire le tri. Bannir un temps au moins l'intention. Ne pas se retourner pour le moment. Plus tard viendra le temps de la maîtrise, de l'intention donc. Pas de hasard pour autant. Ces voix, il a bien fallu qu'elles entrent. Tirer le fil. Vider toute la pelote. Forcément, on a quand même une légère appréhension. Quand on se retournera, tout sera peut-être bon à jeter au feu. Mais ça m'étonnerait aussi. Il faudra retailler dans le bloc, bien sûr, réagencer, détendre encore, effacer, sabrer. Mais le squelette sera là. Et le squelette sera venu sans trop de heurt ou plutôt, sans se faire prier. En marchant et peut-être même à plus vive allure. Foncer tête baissée.

Aucun commentaire: